Journée type à la crèche Menthalo

 

7h45 : ouverture de la crèche et début de l’accueil des enfants et de leur(s) parent(s).

Il va s’échelonner jusqu’à 9h20 environ. Après l’enregistrement de l’enfant par le parent sur l’écran tactile, Les professionnelles (2 à l’ouverture) accompagnent le moment de la séparation. L’enfant est pris dans les bras si besoin ou réinvestit l’espace et exploite librement les jouets mis à sa disposition.

C’est le temps de l’échange d’informations par oral et par écrit (cf. la feuille de transmission individuelle à remplir dans le classeur).

La séparation est une période sensible de la journée qui demande à être soignée ; elle ne doit pas se faire dans la précipitation (prévoir le temps nécessaire) mais ne doit pas s’éterniser non plus (peut signifier une inquiétude à l’enfant ; la séparation risque d’être plus difficile encore). Il est important de bien dire au revoir à son enfant et de la rassurer sur votre retour.

La séparation est parfois ritualisée : l’enfant va dire au revoir à son parent à la porte vitrée de la maison de l’enfance. L’enfant est ainsi acteur de sa séparation d’avec son parent (ne subit pas) ; c’est éventuellement l’occasion de détourner l’attention d’un enfant qui serait sensible à cette étape (regarder les bus ou voitures, observer les oiseaux dans le ciel, voir les copains arriver…..).

Lorsque les enfants commencent à être nombreux, le groupe est divisé (moins de tensions, de conflits, de bruits). 4 ou 5 enfants (les 1ers arrivés) sont alors invités à aller dans la mezzanine. Les autres restent dans la salle de vie.

9h30 : Une collation pour bien démarrer la journée tous ensemble

Il est précédé d’un lavage des mains au lavabo. C’est le temps qui matérialise vraiment la journée à passer ensemble. Il commence par des comptines ou des chansons (sert de repères et permet de retrouver le calme). La collation est composée exclusivement de fruits frais ou sec et de l’eau (ou jus de fruits fait le matin même à la crèche). Ce temps dure environ une demi-heure. Il est suivi d’un lavage des mains.

Selon leur besoin, les bébés sont ensuite couchés (avec change préalable) et les plus grands sont invités à passer aux toilettes.

10h-10h15 : des activités libres ou dirigées (avec consignes) pour découvrir, tâtonner, expérimenter et s’exprimer.

Pour le nourrisson : Au cours de sa 1ère année, avec le développement du système nerveux et sa croissance physique, le bébé va acquérir de nombreuses compétences : attraper un jouet, s’agripper, se retourner, ramper, se tenir assis…. Cela se fait naturellement sans apprentissage de la part de l’adulte. Avant 6 mois, nous ne lui proposons pas d’activité qu’il serait bien incapable d’appréhender et qui affecterait son système nerveux encore immature (Il absorbe déjà bien malgré lui bon nombre de stimulations de son environnement qui peuvent le conduire la fatigue ou au contraire à l’excitation). Le professionnel veille donc prioritairement à le sécuriser (physiquement et affectivement) et répondre à ses besoins physiologiques (manger/boire, dormir, être materné et être propre). Après 6 mois, nous lui proposons de vivre des expériences sensorielles courtes : temps d’écoute musicale ou toucher quelques matériaux comme les graines, le riz, le sable, l’eau. Ces expériences se multiplieront au fils du temps.

Entre un et deux ans, les activités motrices et de manipulation, occupent une grande partie de la journée. Plus l’enfant grandit (en âge et en aptitudes), plus nous varions et enrichissons, les propositions éducatives avec une alternance d’activités à l’intérieur et d’activités à l’extérieur en toute saison (sorties dans le jardin, dans le quartier, dans le métro, spectacles…).

Nous alternons les activités dites « dirigées » (le professionnel propose une activité avec une ou plusieurs consignes) et les expérimentations libres (l’enfant décide de son activité et exploite librement un jouet ou un jeu, seul ou avec la complicité de ses pairs ; l’adulte reste disponible pour intervenir en cas de besoin ou répondre aux sollicitations des enfants et peut observer ce qui se joue). Ces 2 types d’activités sont tout aussi importantes: les activités dirigées permettent à l’enfant d’élargir son champ d’action et d’expression, d’utiliser des outils (pinceaux, crayons, rouleaux, couteaux….), il apprend à respecter des consignes et à intégrer progressivement des règles du savoir-vivre ensemble (attendre son tour, respecter les copains….) ; les activités libres quant à elles permettent à l’enfant d’agir directement sur l’environnement, d’évaluer lui-même ses aptitudes à interagir avec les autres, il « apprend » alors en ajustant ses propres réponses au contact du réel.

Entre 11h15 et 12h45 : un repas pour recharger les batteries, pour le partage et pour le plaisir des sens.

Sauf indication médicale (PAI réalisé dans le cadre d’une allergie avérée par le médecin référent de la crèche, le Dr Guette), les repas faits « maison » sont interdis à la crèche. Les repas sont donc fournis par la structure pour les plus jeunes et par la restauration collective de Noyal-Chatillon pour les plus grands.

Ce temps du déjeuner commence avec le repas des plus jeunes en fonction de leur rythme et de leur besoin (il peut donc s’échelonner dans le temps. Le délai entre chaque repas dépend des informations transmises par les parents avec notamment l’heure du 1er biberon). Les biberons des bébés sont donnés dans les bras (sauf demande contraire).

Pour la nourriture solide, Les enfants sont d’abord assis dans un transat puis en grandissant (avec le développement musculaire) dans une chaise haute (abaissée pour éviter les chutes). Les plus grands qui sont en âge de manger des morceaux et qui sont en mesure d’utiliser une cuillère de manière autonome (vers 17/18 mois), sont regroupés autour d’une table (2 à trois tablées selon les effectifs) avec un professionnel qui partagera leur repas et les accompagnera pendant tout ce temps. Après quelques chants et comptines, les enfants sont invités à se servir seul. Ce temps est un moment d’échanges et de partage entre l’adulte et les enfants. Le professionnel essaie de susciter l’envie de goûter chez l’enfant mais ne le contraint pas à manger. L’enfant a droit à son dessert quoi qu’il arrive ! (mais un plat refusé n’est pas compensé par un double dessert).

Une fois le repas terminé, les enfants, à tour de rôle, vont se laver les mains puis jouent librement en attendant le déshabillage (participation des plus grands), les changes/toilettes et la sieste.

12h30-13h45 : une sieste réparatrice :

Dormir est un besoin fondamental chez le jeune enfant, au même titre que manger, respirer ou jouer. La collectivité est par ailleurs un environnement mouvementé et bruyant qui va générer de la fatigue et des tensions chez l’enfant. Nous prenons donc soin de les accompagner dans cette étape.

Les couchers sont progressifs ; nous tenons compte des rythmes et des rituels de chacun (doudou, tétine). Les enfants ont leur propre lit (parfois partagé avec un copain notamment qd leur temps de présence est différent) mais il arrive qu’un enfant soit couché dans un autre lit lorsque la situation l’exige (préserver le sommeil d’un copain par exemple). Un professionnel accompagne les enfants à l’endormissement et reste dans le dortoir des grands une partie de l’après-midi.

Les réveils s’échelonnent en fonction des besoins de sommeil de chacun (Afin de ne pas casser son rythme, l’enfant n’est pas réveillé)

15h15-16h45 : un goûter qui marque la dernière partie de la journée

Excepté pour le lait infantile, la crèche fournit les goûters des bébés et des plus grands. Il se compose principalement, pour les plus jeunes, d ‘une compote et d’un laitage auquel s’ajoute pour les plus grands du pains/confiture, pain/beurre ou biscuits.

Tout comme pour le repas ou la collation, le goûter des plus grands est précédé d’un lavage des mains et d’un temps chanté ou compté.

16h45 à 18h45 : jeux libres ou petits ateliers (pâte à modeler, lecture, dessin..) en attendant les parents. Echanges et transmissions aux familles.

18h50-19h00 : rangement et fermeture de la structure.